Dans un communiqué, le syndicat Force ouvrière de la Ville, du CCAS de Poitiers et de la communauté urbaine de Grand Poitiers souhaite rappeler « l’importance des services publics dans de nombreux métiers. Métiers à la personne, mais pas uniquement. À ce jour, presque 600 agents sont mobilisés tous les jours.
– Les agents qui effectuent du télétravail pour la continuité du service public et les agents sur leur site de travail :
– Les agents d’accueil de la mairie, les agents de l’état civil pour les naissances, les décès. Les agents qui désinfectent les locaux. Les Atsem, les concierges qui sont mobilisés pour l’accueil des enfants du personnel soignant. La police municipale pour votre sécurité et les agents de surveillance de la voie publique. Les agents des annexes de mairie qui sont mobilisés pour éviter les déplacements et garder le lien avec les citoyens.
– Les agents du service propreté pour la Ville, les agents des déchetteries de Saint-Julien-l’Ars, Lusignan et Saint-Georges-les-Baillargeaux et le ramassage des ordures ménagères de ces sites également.
« Pas de République sans des services publics » – Les agents de la voirie et de la signalisation pour tous les problèmes les concernant.
– Les agents du service mobilité pour la gestion des parkings ainsi que les urgences sur la Ville. Les agents des espaces verts pour les serres horticoles, les cimetières, l’élagage, les parcs, le nourrissage des animaux. L’ensemble des agents du service de l’eau, de l’assainissement, et en particulier les releveurs qui continuent une mission auprès des citoyens. Le personnel du service ressources humaines pour les paies, contrats, arrêts de maladie…
– Les agents mobilisés pour la cellule de crise des différents services. Les encadrants via le télétravail ou sur place continuent l’organisation du service public.
– Pour finir, l’ensemble des agents du Centre communal d’action sociale (CCAS), les agents des crèches pour l’accueil des enfants du personnel soignant.
– Les aides à domicile qui continuent leurs actions chez les bénéficiaires, les agents dans les foyers-logement, les aides-soignants chez les prestataires et bien évidemment les agents dans les Ehpad qui travaillent dans des conditions psychologiques difficiles.
C’est dans ces moments particuliers, conclut le communiqué, que l’on s’aperçoit de l’importance des services publics. Il n’y a pas de République sans des services publics. »

LIEN LA NOUVELLE REPUBLIQUE